vendredi 23 octobre 2009

femme bien nourrie, à moitié dans son lit ?

PICT0182

Les moteurs de recherches sont les oracles du XXIème siècle. Nous formulons tous des recherches fantasmatiques sur Google, en espérant voir s’afficher une sentence divinatoire ou une solution miracle. Par conséquent, je suis toujours curieuse de découvrir grâce à quels mots clés les internautes atterrissent sur mon blog. J'imagine la déception de certains qui cherchent à "apprendre l’anglais" ou plus raisonnablement la "recette des macarons". Mais récemment, je suis restée perplexe en constatant que quelqu'un était arrivé sur ces pages en googlant "Comment nourrir une femme pour faire l'amour"...

Après tout, la démarche est attendrissante, nettement plus charmante que : "Comment faire boire une femme pour faire l'amour". (A ceux qui craindraient pour leur anonymat, je tiens à préciser que Canalblog n'associe pas les recherches par "mots clefs" aux adresses IP. Vous pouvez donc googler en paix.)

Comme je suis soucieuse de répondre aux attentes de mes lecteurs, j'ai essayé de me creuser la cervelle pour vous raconter ma vie sexuelle voir si la littérature nous offrait un semblant de réponse.

Mais comment trouver le livre qui pourrait répondre à cette question ?  Les rayons FNAC "développement personnel" n'étant pas trop ma tasse de thé, j’étais sur le point d’abandonner ma quête du graal quand j'en ai conclu que la meilleure stratégie était sûrement de revenir aux basiques.
Mais c'est bien sûr ! L’Education Sentimentale. Qui d'autre qu'un Frédéric Moreau transporté au XXIème siècle aurait pu taper ces quelques mots sur un moteur de recherche ?

" Elle avait, enfin, sur toute sa personne et jusque dans le retroussement de son chignon, quelque chose d'inexprimable qui ressemblait à un défi ; - et il la désirait, pour le plaisir surtout de la vaincre et de la dominer.
Comment faire ? car souvent elle le renvoyait sans nulle cérémonie, apparaissant une minute entre deux portes pour chuchoter : " Je suis occupée ; à ce soir ! " ou bien il la trouvait au milieu de douze personnes ; et quand ils étaient seuls, on aurait juré une gageure, tant les empêchements se succédaient. Il l'invitait à dîner, elle refusait toujours ; une fois, elle accepta, mais ne vint pas.

Une idée machiavélique surgit dans sa cervelle."

Mais ce n’est pas l’exemple de Frédéric qu’il faut suivre. Ces « idées machiavéliques » sont en général inefficaces et son Education Sentimentale se réduit à des échecs cuisants. En revanche, Monsieur Arnoux, quant à lui, a réussi à épouser Madame Arnoux tout en entretenant sa danseuse, Rosanette.

Et justement, Monsieur Arnoux est un expert es dîners :

« La compagnie, les mets, tout lui plaisait. La salle, telle qu'un parloir moyen âge, était tendue de cuir battu ; une étagère hollandaise se dressait devant un râtelier de chibouques ; et, autour de la table, les verres de Bohême diversement colorés, faisaient au milieu des fleurs et des fruits comme une illumination dans un jardin.
Il eut à choisir entre dix espèces de moutarde. Il mangea du gaspachio, du cari, du gingembre, des merles de Corse, des lasagnes romaines ; il but des vins extraordinaires, du lip-fraoli et du tokay. Arnoux se piquait effectivement de bien recevoir. Il courtisait en vue des comestibles tous les conducteurs de malles-poste, et il était lié avec des cuisiniers de grandes maisons qui lui communiquaient des sauces.
»

Cari et Gingembre… évidemment, grands classiques de la séduction. A servir avec un Tokay ? Voilà ce que cela m’a inspiré :

PICT0165

Tartare de saint jacques au gingembre avec lentilles corail au curry et au… corail :

pour deux médaillons costauds

  • 150 gr. de lentilles corail
    1 c.s. de carry vinday
    10 cl de lait de coco
    Coriandre
    1 citron vert
    6 coquilles saint jacques (ici surgelées)
    Un dé de gingembre frais

La veille, faites décongeler les saint jacques dans du lait avec un morceau de gingembre.

Faites cuire les lentilles dans deux fois leur volume d’eau en ajoutant la c.à s. de carry. Attention, les lentilles corail sont très fragiles et deviennent facilement de la purée, il faut donc surveiller la cuisson attentivement. Lorsqu’elles sont presque al dente ajouter le lait de coco, un trait de jus de citron vert et la coriandre ciselée. Laissez cuire encore 1 à 2 minutes puis réservez dans un récipient froid. Détachez les coraux des noix de saint jacques. Coupez les en petits morceaux et faites les revenir dans une poêle bien chaude. Mélangez les aux lentilles.

Coupez les noix de saints jacques en petits dés. Rapez le gingembre. Ciselez encore quelques feuilles de coriandre. Mélanger les trois ingrédients. Salez, poivrez.

Au fond d’un bol d’un bol, tassez la moitié du tartare de saint jacques puis ajoutez une couche de la préparation aux lentilles. Retournez le bol sur une assiette de façon à ce que cela forme un dôme. Si vous avez de petits cercles à pâtisserie c’est encore mieux.

Servez avec une rondelle de citron vert pour assaisonner le tartare.

n.b. : Si vous craignez de servir des choses trop crues à votre invitée pour un premier RDV, n’hésitez pas poêler le tartare quelques secondes, cela marche très bien aussi et permet au gingembre de diffuser d’autant mieux ses arômes.

version poêlée:

PICT0178

Pour le deuxième RDV, on essaiera les lasagnes à la romaine.

Posté par Devorerleslivres à 12:46 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur femme bien nourrie, à moitié dans son lit ?

    Bravo! Déjà pour la documentation ;o), puis aussi pour la recette en elle-même : à la lire, on pense tentation et explosion savoureuse...

    Posté par Marie, vendredi 23 octobre 2009 à 17:32 | | Répondre
  • On voit pas très bien le nom du vin sur la photo (c'est peut être voulu d'ailleurs), et à défaut de pouvoir assister aux dégustations d'IVV ces temps ci, je suis preneuse de toute suggestion de bons vins !

    Ce plat a l'air délicieux, et je crois que je choisirai plutôt la version poelée

    Ça marche aussi pour séduire un homme ? )

    Posté par Carlotita, samedi 24 octobre 2009 à 16:33 | | Répondre
  • Dévorer les livres

    Marie: Merci!

    Carlotita: Tu n'as rien manqué jeudi! Pas de produteurs, pas de clefs pou accéder au local, la dégustation s'est tranformée en apéro vin blanc-fromages. Très sympa mais pas mémorable.

    Pour le vin, c'est un Tokay, Pinot gris, comme dans le roman. Il s'agit d'un cépage alsacien à ne pas confondre avec le Tokay hongrois.
    Ma bouteille vient d'un producteur qui travaille en biodynamie: Pierre Frick (c'est chic!, ok nul)
    http://www.pierrefrick.com/

    Posté par Dévorerleslivres, samedi 24 octobre 2009 à 16:51 | | Répondre
  • Je viens de découvrir le blog, le secret avait été jusque là bien gardé.

    Sur les galettes/princesses, d'une tu m'as donné envie de faire une galette et de deux, lire ce bouquin sur la psychanalyse des Contes de Fées, moi qui ne suis pas attirée par ces bouquins qui expliquent le "comment" du "pourquoi" et aussi le "parce que "et préfère les romans et nouvelles, j'avoue que comprendre la psychologie de Blanche Neige ou Cendrillon me tente.

    Quant à ce dernier post, la recette est alléchante, je tenterai plutôt la version poêlée.

    Posté par Carand11, dimanche 25 octobre 2009 à 09:36 | | Répondre
  • Quel régal !
    Je suivrais volontier M. Arnaux dans son lit ... Après avoir opté pour la version tartare.
    Une idée machiavélique vient de germer dans mon esprit : imprimer ce post et le laisser dans un courrier international fréquemment consulté par l'amoureux.
    AHAHAHAHAAAAAAAaaaaaaaaa.

    Posté par 7danssonlit, lundi 26 octobre 2009 à 09:57 | | Répondre
  • Car***11: Merci pour ton commentaire. c'est une cachoterie que je n'aurais quand même pas gardée bien longtemps ! tu me donneras des nouvelles du plat si tu le réalise et en attendant ton magret à la crème de vinaigre framboise.

    7dans son lit: bonne idée que la stratégie du post imprimé dans le courrier international. perso, j'espère que la technique du je-le-publie-sur-mon-blog suffira. et puis j'en rajoute une couche dans les commentaires.

    Carlotita ps: je ne sais pas si ça marche aussi sur les hommes, mais tiens moi au courant.

    Posté par Dévorerleslivres, mardi 27 octobre 2009 à 23:36 | | Répondre
  • Moi je viendrai au deuxiéme RDV, je ne résiste pas à des lasagnes.

    Posté par Laurie, mercredi 28 octobre 2009 à 12:11 | | Répondre
  • saison

    je signale que les coquilles sont cette semaine à 4 euros le KG sur le marché, il faut à ce prix les nettoyer soi-meme^,mais on peut se regaler à deux, de cette recette avec des coquilles fraîches.profitons en!

    Posté par babelie, vendredi 30 octobre 2009 à 14:47 | | Répondre
  • Je découvre ce blog grâce au commentaire laissé chez Patoumi et je me régale ici car des livres et la cuisine sont peut-être mes plus grandes passions (bon, il y a le ciné aussi!). Tu en parles si bien; en plus Flaubert est un de mes auteurs préférés - comment résister à de tels plats? La recherche Google la plus amusante par laquelle quelqu'un a trouvé mon blog était "love is not far live en français!"

    Posté par Vanessa, samedi 31 octobre 2009 à 09:33 | | Répondre
  • Dévorer les livres

    Laurie: je compte m'essayer aux lasagnes ce w-e,d'ailleurs si qlq'un à une bonne recette, je suis très preneuse

    Babelie: merci pour l'info, c'est très tentant! j'imagine juste qu'avec la coquille, le prix au kg est un peu déceptif. mais c'est vrai que ça vaut le coup et puis on peut les faire cuire dans leur coquille.

    Vanessa: merci beaucoup pour ton commentaire ! je te suis sur le ciné. A quand d'ailleurs un blog sur la cuisine dans le cinéma. love is not far live en français, c'est étrange... serait-ce le titre d'une chanson ? je vais aller faire un tour sur tes pages de ce pas pour voir si on y trouve la réponse.

    Posté par Dévorerleslivres, mardi 3 novembre 2009 à 22:42 | | Répondre
  • Je veux la meme assiette!

    Posté par bea, dimanche 8 novembre 2009 à 02:08 | | Répondre
  • Dévorer les livres

    eheh Béa, il faudra aller en Inde!

    Posté par Dévorerleslivres, lundi 9 novembre 2009 à 13:09 | | Répondre
Nouveau commentaire